top of page
  • Photo du rédacteurKarin

Hermann Hesse et la Collina d'Oro

S’il faut parler météo, étant donné que l’actualité est maintenant plate comme un soap mal doublé comparée aux shows qu’elle a pu être il y a trois mois, je dirais que ces dernières semaines n’ont pas été tout à fait clémentes sous nos tropiques. Nous sortons d’une période mitigée. Rafraîchissement soudain des températures, pluies abondantes, inondations, glissements de terrain, nous avons payé le tribut de notre mois de mai estival. Y a plus de saisons, chère madame. Au moment où l’on rouvrait les terrasses, en plus! Et où je voulais continuer mon parcours touristique avec Cunégonde.

Entre deux gouttes de pluie, nous avons effectué la promenade «sur les traces d’Hermann Hesse» proposé par l’Office du Tourisme de Lugano. Et nous nous sommes copieusement perdues dans le village de Montagnola car il faut avoir fait géographie à l’Uni pour s’y retrouver dans leur parcours. Ou alors, le mec qui a posé les panneaux était bourré. Quoi qu’il en soit c'était une belle balade même si je devrai également retourner y faire des photographies car la magnifique église à la toscane de Gentilino sort moyennement bien sous un ciel gris.

Demi-minute culturelle: Hermann Hesse, écrivain et poète allemand, est tombé amoureux du Tessin et plus spécialement de la Collina d’Oro au-dessus de Lugano. Il y a vécu quelques quarante années, dès 1920, et est enterré avec Ninon, sa troisième femme, dans le cimetière de Sant'Abbondio à Gentilino. Montagnola, en plus d’être un très beau village avec des maisons à l’architecture particulière, abrite le musée d’Hermann Hesse que je ne manquerai pas d’aller visiter lors de ma deuxième tournée photographique, surtout depuis que j’ai découvert que l’écrivain était également aquarelliste et a réalisé quelques belles oeuvres de paysages tessinois, dont certaines sont exposées dans le musée.



Chapitre 1 : Montagnola, la Casa Camuzzi, première maison habitée par Hermann Hesse, la porte d'Obélix et le grotto qu'affectionnait l'écrivain.



Chapitre deux : l'église de Sant'Abbondio à Gentilino. Il faut savoir que depuis ce très bel édifice placé sur la Collina d'Oro avec ses cyprès érigés on plonge sur Paradiso et une petite partie du lac de Lugano (il y a du champ lexical) mais aussi sur la plaine industrielle de Grancia bordée par l'autoroute qui descend sur Chiasso et ça c'est un peu moins beau. Visite du cimetière avec l'excuse de chercher la tombe de notre personnage du jour mais j'avoue adorer me promener parmi ces tombeaux parfois grandiloquents et/ou oubliés.



Si bien que pour fêter un anniversaire, nous sommes allés dans un grotto repéré à Montagnola, voisin du Cavicc, le préféré d’Hermann. Un endroit typique et très vieux où l’on mange à l'ombre des arbres sur des tables et des bancs en granit avec des nappes à carreaux et un biotope d’insectes variés qui lorgnent dans nos assiettes. Où l’on boit du Merlot dans des boccalini que l'on renverse parce qu’on n’a pas l’habitude. Il en existe malheureusement de moins en moins dans le Malcantone. De vrais grotti, pas de boccalini.

Deuxième demi-minute culturelle: le grotto tire son nom des grottes où les autochtones entreposaient leurs fromages et autres provisions. Devenant inutiles avec l'avènement des frigos, ces endroits ont été recyclés en caves de dégustation de vin et mini-trattorie et par extension d’autres établissements de ce genre se sont ouverts, cette fois dans des maisons, mais en gardant le principe de proposer des mets simples et régionaux. Ces lieux étant recherchés par les touristes, d’autres encore sont apparus mais qui n’ont plus du grotto que l’appellation car ni la carte, ni les prix, ni la simplicité, ni la décoration ne correspondent à l’idée de base. Et les authentiques, en tout cas par ici, à petits feux ils ont mouru.

Celui-là nous a bien plu, d’une part par son nom et son côté désuet, d’autre part avec sa carte qui comporte comme il se doit la polenta, l’osso bucco et les costine. Et puis, ils sont choux, ils ont transposé le menu en français mais avec un traducteur suédois et on a bien ri, même sans suppléments.



Références:


Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page