• Karin

Ajoutez un titre original...

... me demande mon éditeur de blog. Mais là, franchement, je n'ai rien sous la main.


Quand j’étais jeune, dans une autre vie, j’écoutais souvent Couleur 3 qui avait une émission nommée la Pravda. Le jingle était composé de choeurs soviétiques, roulements de tambours et un mec articulait avec l’accent russe:

- La Prrravda!

Mais bon, ça annonçait des sorties, des concerts et c'était une époque où l'on pouvait rire de tout et parler de n'importe quoi.

La Prrravdaaaa... Exactement ce que chantonnent les petites voix dans ma tête lorsque je regarde le journal télévisé sur la RTS depuis un certain temps. En lisant la presse qui m’est accessible. Mais je vous arrête tout de suite, je n'ai pas besoin d’abonnement, apparemment Le Temps et Heidi News, c’est la même sauce. Et pour les non-helvètes qui me suivent, pas de problème. Au niveau européen, c'est pareil. Comme quoi, la mondialisation...

Et dire que je voulais être journaliste!

Comment a-t-on pu arriver si rapidement à un discours à ce point-là unique et engagé alors qu’à priori la situation est pour le moins binaire?

Certes, pour changer parfois de Poggia et Masserey, on invite Beigbeder qui a des propos un tout petit peu plus nuancés mais on fait quand même bien attention aux portes qu’on lui ouvre et puis ça va, ouf, il est vacciné! De temps à autre aussi, pour le politiquement correct, on laisse le crachoir à un hérétique mais on trouve systématiquement le plus blet qui n’arrive pas à s’exprimer devant un micro et passe pour un demeuré fini.

C’est vrai que les gens qui ont un discours différent de celui des gouvernements et se posent quelques questions sont un peu des illettrés incultes et/ou des sympathisants de l’extrême-droite, comme on essaie de nous le mettre dans le crâne depuis un moment. Des sales complotistes qui croient que la terre est plate. Ce mot, qui est certainement le plus utilisé ces derniers temps, avec Covid et « T’as pris ton masque? » pourrait désormais entrer dans le dictionnaire de mon traitement de texte. Non seulement je ne peux plus le voir mais je dois encore le corriger.

J’ai réalisé que je comptais parmi mes connaissances, famille et amis un certain nombre de personnes qui sortent de la norme qu’on veut nous imposer. Il est évident que nous nous sommes tous rencontrés en redoublant notre 4ème primaire ou à des rassemblements néo-nazi. Oui, oui, rappelez-vous, cette époque où j'avais le crâne rasé et taguais "Fuck the polise" dans les quartiers chauds de Lòzane parce que j'avais pas tout bien compris l'idéologie de ma cause.





Mes fibres artistiques, qu’elles soient en gribouillant ou en scribouillant, sont malmenées depuis une année et demie. Pour autant que j'en aie une (de fibre) et que cela vous intéresse, je peux témoigner que les bras m'en tombent à tel point que je ne sais plus comment l'exprimer. D'autant plus que je me musèle pour plusieurs raisons et fais très attention à ce que je mets sur les réseaux sociaux depuis qu’ils sont devenus les censeurs de la pensée unique. Mais clairement, ce truc dans lequel on est rentré cet après-midi en Suisse, ce palier de plus que l'on franchit avec arrogance, non, ça me débecte et il fallait que je le place.

Après avoir laissé tout et n’importe quoi se jouer pendant l’été parce qu’il faut bien faire fonctionner la pompe à fric et lâcher un peu de lest au troupeau, nos dirigeants doivent donc resserrer la vis et taper à nouveau sur les mêmes en piquant les idées débiles qui ne fonctionnent pas chez les voisins. Tout cela en se réfugiant derrière un argument imparable que de toute façon ils avaient écrit dans le scénario avant l’été et avec l'aide des médias: si on en est là, dans cette QUATRIÈME VAGUE, c’est de la faute de vous-savez-qui.

Mais quelle hypocrisie!

A propos de vague, je me demande où est passée la 3ème? Au même endroit que les lits des soins intensifs disparus depuis l’automne dernier? Et c’est parce qu’on n’a pas besoin de soignants qu’on continue à dégouter le 80% des étudiants en médecine dès la première année? J’ai plein d’autres questions mais je les garde pour plus tard. Au cas où je croiserais un vrai journaliste.

Je vous livre avec plaisir une petite démonstration de mauvaise foi merdiatique avec cet excellent graphique paru dans 24Heures ce mois de septembre. Depuis le temps qu'on sait que les chiffres et les graphiques sont faux, non, il y en a qui s'acharnent encore et à un niveau qui défie toute concurrence.


Alors même moi qui n’ai fait qu’une pauvre maturité commerciale, et en plus j’étais nulle en compta, je peux vous dire qu’on nous prend ouvertement pour des imbéciles. Oui, pour cela, et là c'est la nouille d'instite qui vous parle, il suffit de voir qu’on vous propose un bâtonnet de une unité (bleue) (à gauche) contre un bâtonnet de sept unités (rouge) (à droite) pour un rapport de 3172 à 912, d'où un grave problème de logique mathématique même pour les Hauts Potentiels. J'ai pris pour l'exemple la tranche d'âge 30 - 39 mais on peut choisir n'importe laquelle, il y a un blème. C’est seulement moins flagrant chez les vieux parce que c’est bien connu qu’ils n’intéressent personne.

Et maintenant, si vous êtes vraiment très bouché, vous pouvez aussi ne regarder que le vilain virus dessiné en rose et constater qu’il est beaucoup plus grand à droite qu’à gauche. Du coup, vous aurez très peur et remercierez du fond du coeur Papy Berset de vous protéger aussi bien du méchant prédateur qui bousille notre société. Finalement, je me demande à quelle fange d’incultes se destine notre presse.

Avec ça, je me pose toujours la même question. Que s’est-il exactement passé durant la 3ème vague? Ça doit être une saison durant laquelle j’ai dormi.


En brève visite à Lausanne, j’ai été stupéfaite de rencontrer quelques personnes (faisant partie des gens instruits, votant plutôt à gauche et de plus de 50 balais) annoncer à la cantonade :

- Ah, moi je fais des becs, j’ai eu ma deuxième dose.

Ça me fait plaisir qu’on soit informés à ce point-là.

On n’est pas dans la merde.


Ce n’est pas un discours anti-vax que j’ai l’intention de tenir ici. Je ne suis pas armée pour cela. Au-delà de cette problématique, ce qui me dérange est la propagande et la censure, l'une et l'autre de plus en plus tenace et indécente. La mise au pilori des rares professionnels qui oseraient tenir d’autres propos. La place inconfortable laissée à une partie pourtant pas négligeable de la population. L’entrée sournoise dans une société fliquée et scindée en deux. Le fait qu’on l’ait vu venir, pourtant (enfin, pour autant qu’on soit un sale complotiste) et que maintenant après un bon lavage de cerveaux la majorité bien pensante l’accepte sans broncher et soit même prête à s’en faire enfiler le double. En ayant en plus de ça l’impression de sauver le monde.

Je sais, je devrais regarder moins souvent la Grande Messe du soir et éviter le tour de la presse au réveil, je vais me faire un ulcère. Et puis, dans mon trou, cette histoire-là, ça va pas changer ma vie et avec ce texte j’ai encore perdu les rares amis qu'il me restait, alors question contacts... 😂 C’est seulement ma prochaine visite de l’exposition au LAC qui risque d’être compromise mais comme je suis con à bouffer du foin, vous me direz, j’en ai pas besoin. Et en plus, j'ai pas bien compris si j'aurais encore droit aux musées ou pas. Ah non, je viens de relire le décret, c'est fini pour moi.

Avec les amis qui me resteront, on continuera à confronter nos trois neurones à nous tous. Au train où ça va, on sera bientôt mis en cage mais avec un peu de chance on viendra nous lancer du pop-corn.

Pauvre monde.


Et non, décidément, je n'ai pas l'envie ni l'idée pour un dessin, une photo ou un titre à ce billet.

Posts récents

Voir tout