• Karin

The paire de chaussures


You're welcome!

Voici ce que j’ai trouvé de plus original dans ma collection. Car s’il faut se présenter avec les pieds, autant le faire en couleurs.

Quant au chic, on repassera. Ce n’est pas forcément facile à arborer et la navigation n'en est pas commode. Pour quelqu’un qui se prend régulièrement les pieds dans le tapis, le choix du talon est discutable. Je précise avant qu'il n'y ait malaise que je possède toujours mon deuxième membre. L'explication de son absence ci-dessus se trouvera à lire ci-dessous.

J’ai fondu sur ces godasses dans une boutique de deuxième main en sachant pertinemment que c’était peine perdue. Que voulez-vous, parfois, l’espoir fait vivre. Mais elles ont comme prévu terminé leur course au fond d’un placard. C'est dommage, même les semelles sont ornées d'illustrations. Inutile de vous dire que je ne les ai pas essayées dans la neige. Elles remercient dès lors Xoliv (http://xoliv.blogspot.fr) et ses délires fétichistes qui leur permettent enfin de trouver un sens à leur deuxième vie. J'espère qu'après ces douces paroles notre Gentil Administrateur me pardonnera toutes les libertés que j'ai prises par rapport aux consignes très strictes de son thème (ça plaisante pas chez nos amis du sud de la France et pourtant la Suisse vient de vous mettre en zone rouge 😂)

Je ne suis jamais sortie avec. (My paire of the chaussures. It is not because you are.)

Les porter consiste en une séance sadomasochiste s’apparentant à une épilation des sourcils ou au port du soutien-gorge par 34°C quand on souffre de bouffées de chaleur. D’ailleurs, étant donné que mon choix s’est arrêté sur la dernière photographie d’une longue séance de poses entre mes pieds et moi, mon membre droit a ici déclaré forfait. En y regardant de plus près, vous pourrez peut-être constater que les plis de mon avant-peton ne résultent pas forcément de mon âge avancé mais de la torturante compression d'une bande de cuir de vieille vache sur mes cicatrices. J'ai espéré que les voisins ne me surprennent pas en train de geindre assise dans l'entrée de la cour et prenant mes chaussures de clown en photo.

Elles ont effectué exactement 29 pas avec moi, ce qui représente le trajet entre la chambre et la porte d’entrée, descente de 14 marches d’escaliers comprise. Ici, l’image fait plus penser à une femelle pingouin bourrée sur le point de se vautrer sur la banquise qu’à une artiste, frisant dangereusement la cinquantaine mais pleine de fouge, se rendant à un vernissage.

De plus, vu les collines qui nous entourent, quand est-ce que je comptais exactement les mettre, ces shoes? Comme disait l’autre, joliment recyclées en lampe, peut-être…

Le nirvana, c’est quand on les enlève. Comme avec les chaussures de ski ou les patins à glace. Je me souviens encore de ces quelques minutes de béatitude dans les vestiaires de la Pontaise, après une heure de patinoire avec ma classe. Les mômes pouvaient faire tout le boucan qu’ils voulaient, pendant de courts instants je marchais dans la ouate.

Mais revenons à the subject.

Mes pieds, les chaussures et moi, pour tout vous dire, c’est une longue histoire dont je vous passerai les détails. Des hallux valgus (vulgairement dit, des oignons) deux opérations dont une ratée, une scie, des plaques, des vis font que my very paire of the godasses qui me définit d’avril à octobre est la tong. J’ai trouvé un modèle quasi inusable au rayon sport mais après une telle sollicitation vous imaginez bien que question chic, ça ne pose pas vraiment sa femme. De plus, un gros plan de ma palme à la Frankenstein dans une chlap éculée, c’est pas ce qui se partage le mieux sur les réseaux sociaux surtout en ce moment. C’est déjà bien assez gore sans ça.

Voilà. Non seulement vous avez vu ma cheville mais de surcroît vous en savez plus qu’il n’en faut. Quel coquin, ce Xoliv! D’ailleurs, de ce pas encore vacillant, je vous cite ses propos à l’évocation du thème:


"The paire de chaussures & portées (pour la mise en scène) Parce que LES CHAUSSURES sont notre style, montrez moi/nous vos plus chics. Parce que s'il n'y en avaient qu'une ce serait cette paire... le plus simple VOUS LES PORTEZ, avec ou sans chaussettes, collants, poils, fermées ou nus pieds ... et d'en haut vous les prenez en photo ... attention alors à soigner la mise en scène ... vous pouvez aussi faire un autre point de vue, je ne vous en voudrais pas pourvu qu'elles soient portées. Allez montrez nous vos chaussures , vos chevilles, soyez smart ... c'est mon côté fétichiste."


Faites comme lui et aller reluquer the 32 paires of the chaussures des bipèdes du groupe (ce qui fait exactement 64 chevilles moins la mienne, à moins qu’on ait un blème, y aurait-il d'autres tricheurs? )



La Photo du Mois, c'est un groupe de blogueurs sur Facebook et une photo, une seule, publiée le 15 à midi, heure de Paris. Comme vous l'aurez également compris, le thème en est donné par l'un des pairs (of the groupe).