• Karin

7 jours en noir et blanc : les coulisses

J'ai répondu au défi sur Facebook de "publier une photo noir/blanc de ma vie, sans personne, sans commentaire". Oui, bon, pour une fois que je vois un truc qui me change un peu de "Machin qui fête ses deux ans d'amitié avec Truc" et de "tague une personne qui mange ses crottes de nez". Et puis, à force de masquer les publications débiles des gens qui ne m'intéressent pas et de ne suivre plus que ceux susceptibles de poster des choses enrichissantes, originales, drôles, et bien, il n'y a pas de miracle, mais je ne vois plus passer grand chose dans mon fil d'actualité.

Alors, je m'y suis collée, aux photographies noir/blanc. Et ce qui fut le plus difficile, en fin de compte, ce fut l'absence de commentaires.


Donc, je vais m'empresser de me rattraper. 😂



Jour 1

Il est assez facile de faire des photographies artistiques à travers une vitre lorsqu'on est passager d'une voiture un samedi pluvieux.

Et le gagnant de ce premier jour est :


Jour 2

Lorsque l'on visite l'exposition d'Ai Weiwei au Palais de Rumine un quart d'heure avant la fermeture du musée en ne sachant pas ce que l'on va voir, on ne comprend pas très bien sa démarche, à ce monsieur. Qu'est-ce qui l'a poussé à photographier son majeur de la main gauche levé devant des endroits emblématiques des quatre coins du monde ou à semer des graines de tournesol en porcelaine pour en faire une gigantesque moquette dans une salle entièrement retapissée par ses soins ? Maintenant que j'ai lu la brochure explicative, je retournerai voir cette exposition un peu avant l'heure de fermeture. Bien qu'il y ait toujours une chose qui me chagrine dans l'art contemporain, c'est le fait de devoir finalement passer plus de temps à lire des explications qu'à contempler. Alors que l'on n'a pas forcément besoin de se promener avec un dictionnaire pour comprendre les oeuvres de Van Gogh, Monet, Renoir et consorts. Bon, faut quand même reconnaître, Weiwei, il fait fort. Même sans légende, j'ai adoré.

La photographie que j'aurais voulu publier est celle-ci :


Mais il est bien spécifié qu'il ne doit y avoir personne. Et si j'ai réussi à prendre mon cliché alors qu'une bimbo rousse venait de se décider à lever son cul du bord de la fontaine, la photographie de quelqu'un, est-ce que cela peut être considéré comme personne ? Tiens, je vais peut-être soumettre cette question au prochain bac philo.

Si bien que l'élu du jour fut Errol le dragon et son ombre.


Mais vous conviendrez peut-être tout comme moi que le reste se pose mieux en couleurs.


Jour 3

A la base, je voulais photographier ma nouvelle huile sur toile, mais allez-y voir pour prendre des clichés d'"oeuvres" en noir et blanc, surtout si, en couleurs déjà, elles ne sont pas très passables. Conclusion, j'ai préféré immortaliser ma boîte d'aquarelle, avec une phrase de Woody qui sied à ravir à mes errances administratives du moment. Mais ceci est un autre problème.


Jour 4

Vous ne le répéterez pas plus loin, mais j'ai un peu triché en utilisant une photographie de l'avant-veille prise à la Cassine des Chineuses à Vuissens.


Sinon, celle-ci me plaisait beaucoup, même si elle n'est pas éminemment artistique :


Vous conviendrez qu'il est tout de même triste de parvenir à construire sa villa, mais de ne plus avoir assez de tunes à la fin des travaux pour poser sa boîte aux lettres ailleurs que sur une chaise de jardin en plastique. Je rappelle que le défi devait se passer de commentaire. Je me suis donc abstenue.

Jour 5

Parfois, je trouve que c'est quand même mieux en couleurs. Démonstration :

Jour 6

Le Boulet vient me sauver la mise car je n'étais pas très inspirée jusqu'à ce soir-là à 20h04.


Ce qui est bien avec Le Boulet, c'est que plus elle grossit, plus elle croit pouvoir passer inaperçue.

Jour 7

Photo artistique de ce dernier jour. Je m'essouffle un peu, le rythme est trop soutenu!


Maintenant, ce qu'il faut savoir, c'est que pour pouvoir photographier mon mannequin vintage, habillé en papier journal par mes soins il y a fort longtemps, j'ai dû le poser en équilibre sur un radiateur. Et que les pieds, vintage également, n'ont pas trop apprécié l'exercice. Ce qui nous amène à la mort du mannequin.


Il était temps que tout cela se termine.

#bazar #lesréseauxsociauxetmoi