À propos de l'auteur

 

Pour faire court : 

Artiste peintre, créatrice et écrivain aussi un peu. Le tout sans se prendre au sérieux. Enseignante autrefois passionnée par son métier. Les articles sont essentiellement des billets d'humeur. Ils tournent autour de mon quotidien, mes petits voyages, ma participation au groupe la Photo du Mois, les nouvelles de mes illustrations, voire de mes écrits. J'accorde également de l'importance à l'image. J'aime râler et m'amuser en écrivant. Il peut déjà m'arriver de radoter. Je peine parfois à alimenter le fil comme je le souhaiterais, par manque de temps. Enchantée de votre visite. Vous pouvez désormais zapper ou changer de bus.

Un brin plus long :

Aïe, ça y est. Ça me reprend. Les doigts me démangent au-dessus du clavier. Ça me chatouille au bout du crayon gris. Nous sommes en automne 2013. Je subis une importante opération orthopédique et j'ai un arrêt de travail longue durée. Une première cassure avec mon métier. Je préfère en rire.

 

Pour autant, je n'ose pas trop souvent laisser libre court à mes délires sur les réseaux sociaux de peur de heurter mes 118 amis. Ou pire, au risque d'en perdre un, moi qui viens une nouvelle fois de me faire éjecter par ma fille. Et contrairement à Darius Rochebin,  mes amis Facebook, je les connais tous dans la vraie vie. Mis à part deux gentils gars avec qui je suis devenue monstre pote en jouant  au Ruzzle. Et quelques amis peintres, mais nous, les artistes, nous sommes une grande famille.

 

Je vais donc voir ce qui s'édite en matière de blogs. J'y trouve les collectionneurs de raquettes de tennis de table, les adeptes de la thérapie émotionnelle et l'épouse de Jésus-Christ. Je n'ai pas de passion pour le lapin nain et n'apprécie pas particulièrement les desserts sans gluten. Je vais sonder les tendances du moment. Et tout à coup, un doute insidieux s'empare de moi : et si je n'avais rien à dire ?  Question mode, je porte encore des habits que je mettais il y a quinze ans. A priori, cela pourrait être intéressant, vu que le poncho en vogue à cette époque est revenu sur le devant de la scène récemment. Manque de bol, je l'ai tassé dans un sac Caritas il y a peu. Beauté ? La simple pensée de devoir m'épiler un sourcil me donne la larme à l'oeil. Je ne passe pas plus de dix minutes dans ma salle de bains borgne, ça risquerait de dépenser de l'électricité pour rien. Sur Câlinou.com, Théo, 3 ans et demi, fait une petite balade avec maman et son doudou via Instagram. Cela me refait penser au jour béni de mes dieux où je n'ai plus été obligée de côtoyer les autres mamans dans la cour de récréation. Courage, fuyons ce blog, certaines y racontent leur accouchement ! 

 

Bon, allez, d'accord. J'ai vu des choses très bien. J'ai même été jalouse. Quand bien même, et si j'ai envie moi-aussi d'envoyer quelques bouteilles sur l'immense mer virtuelle et d'y rencontrer quelques personnes amies ou simples joueurs de Ruzzle ?