• Franssois

L'escalier

«…J’ai l’esprit de l’escalier, c’est comme ça, je dis ça, mais par écrit ça va tout seul, par contre par oral ça coince et je ne sais que….» Alors voyez-vous m’sieurs dames, c’est exactement à ce moment précis de mon cours Migros sur les machines agricoles et vieux fusils que je donne régulièrement, qu’un dialogue assez dingue s’installa à cause d’un auditeur…

- Qu’est-ce qu’il se passe là-bas au fond, ça bouge… je vais trop vite? Il y a un problème une question?

- Non non tout va bien.

Son voisin commença à s’en mêler:

- Mais oui t’as une question pose-là, d’ailleurs on a tous la même.

- Alors posez-la, dis-je, allez ne vous gênez pas, il n’y a pas de question bête. On n’est pas à l’école primaire, je vous écoute.

- Alors voilà je m’appelle M. Gützenmeierblaum et je ne sais pas ce qu’est l’esprit de l’escalier.

- Non sérieux ?

- Oui sérieux !

- Wouaaaaa mais c’est pas vrai j’y crois pas mais je m’adresse à qui c’est pas possible. Il vous faut sortir du 021 de temps en temps M. Glutzenbaum …

- Non, Gützenmeierblaum pas Glutzenbaum.

- Ouais c’est pareil Monsieur Gutenberg, j’ai l’impression que vous manquez de caractère.

Ceci dit, c’est vrai que je me la pète un tantinet, car l’expression «avoir l’esprit de l’escalier» je ne la connais que depuis peu et moi je dis c’est toujours bien d’étaler un peu sa culture non? Non vraiment? Bon d’accord.

- Alors d’après vous ça veut dire quoi « avoir l’esprit de l’escalier »? Qu’est-ce que vous diriez Monsieur Blumenmeier, allez-y vous avez déjà été ridicule une fois, vous êtes chaud maintenant!

- Non, pas Blumen..

- ON S’EN FOUT MONSIEUR SUGUSMACHIN D’ACCORD? … Alors votre explication Monsieur? Au fait c’est quoi votre prénom?

- Jeandorme-Rufus-Horace-Dominique.

- Dominique? Jamais entendu, bizarre comme 4e prénom, écoutez je vous appellerai Paul Martin ce sera plus simple car j’ai l’impression qu’on en a pour un bout de temps avec vous…

- C’est possible de choisir Daniel Pittet plutôt? Tout le monde m’appelle déjà Paul Martin autour de moi.

- Ok mais j’attends votre réponse Monsieur Jean Mènepalarge.

- Je pense que l’escalier représente une progression, on monte les degrés comme on monte l’escalier et c’est comme en remettre chaque fois une couche dans la discussion et parler par exemple de plus en plus fort ?

- Mais c’est pas vrai Monsieur Richard Afoin, mais vous prenez des trucs ? Vous fumez de la périmée, vous vous injectez du Dalida ou quoi? Bon , je crois que je vais vous expliquer, à vous Monsieur Georges Profonde ainsi qu’à tous les autres:

Avoir l’esprit de l’escalier, veut tout simplement dire que vous n’avez pas de répartie. Combien de fois ça m’est arrivé (et vous z’aussi allez avouez!) qu’après une vanne gentille ou méchante ou lors d’une dispute (et dispute ça fait beaucoup mais ce n’est pas le sujet) vous vous dites à peine un peu plus tard: «mais meeeerdeeuuuuu c’est ça que j’aurais dû lui dire…» au moment où votre interlocuteur qui vous a parlé est… dans l’escalier justement, donc trop tard pour lui répondre! Je crois qu’on ne peut pas être plus clair!

- Vous comprendre moi Monsieur Philippe Opotame? Vous avez appris quelque chose? Voilà donc pourquoi il faut toujours mourir le soir!

Et quelle est LA QUESTION maintenant… au hasard Monsieur Jacques Adit?

- A quelle heure finit ce cours, j’en ai marre?

- Vous sortez Monsieur Nicolas Solfami!

- Non, la bonne question est: alors on fait quoi et comment quand on a l’esprit de l’escalier? Eh bien j’attends une réponse Monsieur… il est parti Monsieur Jeandorme-Rufus-Horace-Dominique Gützenmeierblaum? Ah bon? Il s’est vexé ou quoi? Tant pis, je prendrai quelqu’un d’autre…

- Je vous écoute Monsieur…?

- Non moi c’est pour savoir si je peux aller aux toilettes?

- Fichez-moi le camp!

- Donc je continue tout seul j’ai compris (c’est la dernière fois que je donne ce cours, sont nuls aujourd’hui): on prépare sa réponse, tout simplement. Si on sait ce qui va se passer, on peut anticiper la vanne donc la réponse. Vous voulez un exemple? Non, c’est à toi lecteur que je m’adresse car mes auditeurs sont tous endormis ou bien au lavabo pour se laver les mains avec du savon et du gel hydroalcoolique tiens y’en a même un qui le boit… «Eh ça va pas mon gars, c’est cher et rare…» Vraiment nulle c’t’équipe! Ou ils se sont barrés, y a plus personne. Alors l’exemple le voici:

Si par hasard je croisais des flics parce qu’on serait «soit disant» trop près et qu’on ne respecterait pas la distance sociale (2m. je le répète) ou qu’on serait à peine plus de 5 en train de discuter, j’attends qu’un de ces messieurs de la maréchaussée vienne vers moi et me dise

- PAPIERS!

Moi je répondrai:

- CISEAUX j’ai gagné!

Bèkèbatschi m’sieurs dames.



L'esprit de l'escalier, je sais que je l'ai aussi, et ça s'est confirmé ici puisque

j'ai mis une semaine à trouver une idée de photo pour ton post, Franssois. L'inspiration

m'est venue d'un groupe FB qui s'appelle Petites tranches poétiques.