• Karin

Développement durable

Depuis quelques temps, j'ai du mal à voir dans les actions écologiques et les interventions médiatiques d'une gentille marionnette à tresses autre chose qu'une hypocrisie et un non-sens face à un sujet sérieux.


Plutôt que d'entrer dans ce débat-là, je préfère vous livrer un exemple de ma vie quotidienne, métaphore de l'hypocrisie évoquée ci-dessus.


J'ai commandé quatre chaises chez mon ami Ikea. En ligne, car l'article ne se trouve pas dans mon magasin, m'a précisé mon pote suédois en me tutoyant comme si on avait gardé ensemble des chèvres dans un kibboutz.


Ma commande m'a été livrée par des gens très bien mais hélas, une des chaises avait un défaut. Photographie à l'appui, j'ai écrit un mail puis j'ai été mise en contact pendant 7 minutes 30 avec le service après-vente et surtout sa musique, qui je peux vous le dire n'a rien de suédois, et pas grand chose de mélodieux non plus.


Enfin bref. La chaise, on va te la remplacer. DPD vont venir chercher celle qui est abimée.


Ce matin, un type habillé en rouge, mouillé (il pleut) et exténué sonne à la cloche de ma maison (oui.)



Il m'apporte un énorme paquet presque aussi grand que lui. Tout à coup, on se demande s'il n'est pas en train de nous livrer notre cuisine agencée. Oh, merci mon ami Ikea !







Et bien non. Il s'agit bel et bien de LA chaise.


Moi, j'adore quand ce grand lobby, toujours en me tutoyant, se targue de me parler d'écologie. C'est tout spécialement en me rendant dans les toilettes d'Ikea (je fais partie des gens qui connaissent assez bien les WC des lieux qu'ils visitent) que j'ai appris que l'entreprise prônait le développement durable. Et de m'expliquer que s'il s'agit d'un petit pipi, je vais être éco-responsable en appuyant sur le petit bouton. Mais que si, par contre, j'ai mangé trop de boulettes à la cantine, j'ai quand même le droit d'appuyer sur le gros bouton, mon prochain me le rendra en mille et ma foi, tant pis si on contribue honteusement  à assécher le Léman. Pour le PQ, c'est pareil, sauvons les bois du Jorat. 


De retour à la maison, en train de monter une HASKVOLL, je me demande s'ils n'ont pas finalement compris "développement durable" dans une mauvaise traduction de : déballer longtemps. Chaque planche, chaque partie, chaque segment est emballé dans du papier, du carton, du sagex. Un premier sachet de vis en plastique contient des sous-emballages de vis, en plastique. Sauvons les océans.


MA chaise, le petit livreur en rouge n'a pas voulu la reprendre. Il a dit que c'était la procédure, que quelqu'un repasserait. C'est vrai, ici, le prix de l'essence est parmi les plus bas de Suisse. On va se gêner. Et puis, c'est pas comme si les habitants de la vallée suffoquaient dans un trafic en constante progression et des bouchons quotidiens. 


Merci, mon ami Ikea. Maintenant, chaque fois que je me rends dans tes toilettes, je souris vaguement. Cause toujours, tu m'intéresses. Comme beaucoup d'autres.