• Karin

L'univers de Camille

Camille Dalmais émerge avec la nouvelle scène française, à l’heure où il est mieux vu de s’appeler Miossec, Arthur H ou Bashung que Céline Dion ou Patrick Bruel. Son premier album en 2002 passe plus ou moins inaperçu, malgré quelques petits bijoux comme Paris, Les Ex et Le Sac des filles, qui donne le nom à l’album.

Suite à ces premières bouderies de la critique, Camille commence à se faire connaître avec de multiples collaborations, dont une avec Jean-Louis Murat et une autre avec le projet Nouvelle Vague. Camille participe à cet album sorti en 2004 en interprétant quatre titres, dont un des Clash et un autre des Dead Kennedys. Le projet, devenu groupe par la suite, joue avec les références voulues par l’évocation de son titre. Nouvelle Vague, c'est la "new-wave" d'où sont tirées les reprises, en version "bossa nova" qui en portugais peut se traduire par nouvelle vague. C'est aussi le courant artistique français glamour des années 60. Camille continuera à collaborer avec eux en 2011 avec le Putain Putain (c'est vachement bien, nous sommes quand même tous des Européens...) que l’on doit à l’origine à Arno.




C’est en 2005 avec son album Le Fil que Camille se fait définitivement remarquer. Construit sur une seule note, un si en toile de fond sur tout l’album et qui continue 35 minutes après la dernière chanson, le concept est étonnant et peut sembler à première écoute très simpliste, la voix en étant l’instrument principal, parfois secondée d’une contrebasse ou d’un clavier.



Ce fil, Camille se le dessine sur le visage avant de se produire ou de recevoir ses prix aux Victoires de la Musique en 2006, en tant notamment qu’artiste révélation scène de l’année. En public, elle utilise la technique du sampler et du beatbox pour retrouver la complexité des arrangements vocaux de son album.



Son troisième album studio, après une longue tournée et un enregistrement live au Trianon, est principalement anglophone. Un avant-goût peut-être du quatrième qui est un mélange des deux genres. Avant cela, elle chante un duo très évocateur avec Daho, Etienne de son prénom, et double la Colette de la version française de Ratatouille, tout en interprétant la chanson générique, Le Festin. En aval du Banquet, peut-être.



Attention, un jour ton prince viendra n’est pas loin, il serait bon de ne pas trop s’égarer en chemin. Notamment avec une participation dans un film d’Antoine de Caunes que j’avoue ne pas avoir vu, et pourtant je fus une grande fan d’Antoine de Caunes. Ceci explique peut-être cela, lorsque l'on constate que Les Morsures de l’Aube a pu être étiqueté comme l’un des pires navets de l’histoire du cinéma français.


L’album Ilo Veyou sort en 2011. Pour les bouchés du melon comme moi qui ont encore besoin de Wikipédia pour réaliser des trucs, le titre de l’album est l’anagramme de I Love You. Il alterne des compositions aussi diverses que le fragile She Was et le plus simple Allez allez allez qui recevra la Victoire de la chanson de l’année. Il s’inspire de la grossesse de la chanteuse et de la naissance de son premier enfant.





C'est sur cet album que l'on trouve le titre Le banquet, dont le visionnement du clip après mon interprétation en dessin m'a d'autant plus fait sourire par son décalage avec le texte.



Après un enregistrement à l’Olympia, Camille participe à de nombreux duos, notamment avec Maxime Le Forestier, Yael Naim et Raphael Gualazzi. Elle continue à apparaître dans les génériques de films, en tant qu'actrice et musicienne. Elle prépare la sortie de son sixième album OUÏ pour ces jours-ci, le 2 juin pour être précis, ainsi qu’une prochaine tournée qui passe entre autres par les Nuits de Fourrières à Lyon et Paléo cet été, ainsi que le théâtre de Beaulieu en automne 2017.

De son côté, le Choeur Auguste lui rend hommage en interprétant une vingtaine de ses chansons les 18, 19 et 20 mai à la maison de Quartier de Chailly. De quoi trouver l'inspiration pour quelques dessins proposés ce mois-ci sur Instagram.




Le choeur Auguste interprète Ta douleur.


En bonus, retrouvez Camille et quelques-unes des chansons citées dans cet article sur Spotify, ainsi que d'autres prestations notoires sur Youtube.



Un duo Taratata avec Matthieu Chedid sur une chanson de Brel.


Bubble Lady (Ilo Veyou)


La jeune fille aux cheveux blancs (pour ceux qui ne voient pas ce que c'est que le beatbox)


She Was (Ilo Veyou)


169 vues