• Karin

Saul Leiter



Saul Leiter est l'un de mes photographes préférés, en ce qui concerne ses images couleurs plus spécialement. Pour ce qui est du noir et blanc, je n'ai pas beaucoup évolué, j'en reste à Doisneau et Cartier-Bresson.

Chez Leiter, certaines prises de vue s'apparentent plus à des tableaux qu'à de la photographie. On passe de l'univers de Mark Rothko à celui d'Edward Hopper. On se retrouve projeté dans les années 50-60 avec un brin de nostalgie et l'envie soudaine d'écouter un bon morceau de jazz. Saul Leiter aime jouer avec la buée sur les vitres, les flous, les couleurs vives, les personnages capturés au détour d'une rue, entre deux devantures. Derrière son objectif, il s'amuse de la pluie, de la neige et des reflets. Il se moque du cadrage et des imperfections. Tout cliché est bon à prendre et même si à première vue, pour certains d'entre eux, on peut avoir l'impression qu'il s'agit d'une chute de pellicule bonne à jeter, on s'aperçoit soudain que c'est un morceau du puzzle ou une toile abstraite habilement esquissée.


Il faut dire qu'avant de se tourner vers la photo, Saul Leiter, né à Pittsburgh en 1923, commencera une carrière de peintre, avant de gagner sa vie comme photographe de mode, notamment pour le Harper's Bazaar. Considéré comme l'un des pionniers de la photographie couleur, il n'atteindra la célébrité que tardivement, dans les années 90. Il est mort en 2013, à New York, la ville qui servit de décor à la plus grande partie de son travail.


Plus d'images sur Pinterest en cliquant là.


#undessinparjour #instagram #art