• Karin

Istanbul



Jusqu'alors, jamais une ville ne m'avait marquée à ce point-là. Est-ce le fait qu'elle soit tiraillée entre histoire et modernité, entre culture européenne et asiatique ? J'ai été frappée par son immensité, par l'opposition constante entre splendeur et décadence. J'ai été happée par la foule bouillonnante qui m'a fait plus d'une fois penser que je traversais la plaine de l'Asse avant un concert sur la grande scène. J'ai été emportée par le flux incessant du Bosphore. J'ai été fascinée par les couleurs et les senteurs du bazar égyptien, le charme des cimetières ottamans, le pont de Galata et ses pêcheurs, la frénésie d'Istiklal Caddesi coupée en deux par son vieux tramway rouge.

Je n'ai qu'une envie, y retourner, pour fouiller encore dans les strates infinies de cette ville hallucinante.


Une faille sous le mer de Marmara menace la ville de manière insidieuse.

La récente réélection d'Erdoǧan et de son parti conservateur creuse l'écart avec l'Europe et les femmes se voilent. Mais elles continuent à se ruer dans les grandes enseignes de cosmétiques sur l'artère d'Istiklal.

Peinture : http://www.karinantonietti.com

#unpeuplusloin #voyage